Actualité

En temps de pandémie, confiner les piétons ou leur donner toute la place?

26 mars 2020
Piétons Québec demande aux municipalités du Québec, petites et grandes, d'agir rapidement en créant des rues piétonnes

Dans le contexte de la crise sanitaire actuelle et de l'exigence de distanciation sociale, Piétons Québec demande aux municipalités du Québec, petites et grandes, d'agir rapidement en créant des rues piétonnes temporaires dans les milieux de vie denses et les coeurs villageois. Ces mesures permettront de permettre à la population de se déplacer pour obtenir ou offrir un service essentiel, ainsi que de continuer de bouger dans son quartier, alors qu'il est présentement difficile de le faire sans créer d'attroupements. 

En effet, à l’instar de New York et de Vancouver et Toronto, de nombreuses villes et plusieurs arrondissements doivent aujourd’hui évaluer la pertinence de fermer des rues ou des stationnements à la circulation automobile pour permettre à la population d'atteindre les recommandations d’activité physique, tout en assurant la distanciation sociale exigée. Il faut se rendre à l’évidence, la consigne de distanciation de 2 mètres en vigueur est difficilement applicable si les piétons se limitent aux trottoirs, trop souvent étroits ou encore absents, et aux parcs existants dans leur milieu de vie. Or, les voitures ayant déserté la ville et les places d’affaires étant fermées, d’énormes espaces dédiés à la circulation et au stationnement des automobiles sont désormais disponibles pour être réalloués aux transports actifs. Il serait opportun de réserver certains de ces endroits aux piétons, tout en maintenant l'accès en automobile pour les résidents riverains et pour les véhicules d'urgence.

Bien entendu, la priorité est de respecter les consignes afin d'éviter la propagation du virus. Mais si la crise sanitaire doit durer plusieurs semaines, il s’agit là d’une avenue incontournable pour assurer la distanciation sociale, tout en maintenant la santé mentale et physique de la population. Les conséquences de l'inactivité physique sont bien connues. Les municipalités ont le pouvoir d'agir afin d'éviter que le confinement imposé pour contrôler la pandémie ne cause une autre crise de santé publique.