Marianne Giguère

Marcher nous ramène à l'essence de notre humanité, dans nos rapports avec les autres et avec notre territoire

Marianne Giguère - Montréal

Campagne Tous Piétons! 2016

Notre rencontre avec Marianne

En quelques lignes, dites-nous qui vous êtes? 

Marianne Giguère, je suis conseillère d'arrondissement au Plateau-Mont-Royal (Montréal) où j'habite. Je suis la porte parole de l'opposition en matière de transports actifs.

Pourquoi vous marchez?

Pour aller travailler. Pour aller à l'école. Pour aller faire les courses. Pour respirer dans le parc. Pour mieux voir et sentir ma ville, mon quartier. Parce que ça fait du bien.

Quel est votre endroit favori où marcher?

Les ruelles de mon quartier. Sinon, le Parc Forillon, ça peut-tu compter?

Quels sont les plus grands enjeux/difficultés vécus par les piétons dans votre ville (ou au Québec en général)?

Intersections dangereuses, larges, mal signalées et régulées. Boulevards trop larges, temps de traverse trop courts, trottoirs trop étroits.

Selon vous, qu'est-ce qui serait à améliorer pour que les gens marchent davantage ?

Les piétons ne devraient jamais être en danger lorsqu'ils se déplacent, c'est un droit qui devrait être inaliénable - mais que nos villes, nos rues et nos routes ont trop gruger avec le temps. Marcher nous ramène à l'essence de notre humanité, dans nos rapports avec les autres et avec notre territoire. L'échelle de la marche est parfaite, c'est un des plus beaux et profitables usages qui peut être fait de son temps.

Quelle serait pour vous la plus grande victoire pour les piétons au Québec?

À l'échelle du Québec? Que, dans les normes du ministère des transports, toutes voies de circulation (sauf les autoroutes) doivent obligatoirement être bordées de trottoirs d'une largeur minimale de 1.8m. Que les vitesses maximales soient revues partout à la baisse, en milieu bâti surtout. Que les normes quant aux largeurs maximales des voies de circulation soient abaissées - disons à 4m, mais à 3.2 en milieu urbain, mettons.